Reconstruire ses seins après un cancer

Reconstruire ses seins après un cancer

7 décembre 2021 Non Par dsh_mdlipgsns_com

Reconstruction des seins après cancer : Après d’être diagnostiqué du cancer et d’avoir fini les traitements, certaines femmes préfèrent tourner la page et vivent sereinement avec leur corps mutilé. D’autres n’ont pas eu l’information suffisante. Il faut savoir que la reconstruction n’augmente pas le risque de récidive du cancer de sein et ne gêne pas son dépistage.

Reconstruction des seins après cancer

Faire appel à une reconstruction mammaire est possible suivant une intervention peu délicate. Lors de la première visite avec le chirurgien, la patiente ne doit pas hésiter à demander les questions dans la tête. Après l’épreuve du cancer et des traitements, certaines femmes préfèrent tourner la page et vivent sereinement avec leur corps mutilé. D’autres n’ont pas eu l’information suffisante. Il faut savoir que la reconstruction n’augmente pas le risque de récidive du cancer de sein et ne gêne pas son dépistage.

La technique utilisée pour reconstruire la poitrine se décide en fonction de quelques éléments tel que la taille du sein, la qualité de peau, la morphologie de la patiente et d’éventuelles contre-indications comme le tabagisme ou un mauvais état de santé.

Retrouver sa féminité avec différentes techniques

Les prothèses

Cette technique est proposée pour les patientes qui gardent encore de peau après la chirurgie d’une façon suffisante et une laxité suffisante après la radiothérapie pour pouvoir y glisser des implants. Des prothèses en silicone sont glissées sous la peau et le muscle pectoral à travers la cicatrice laissée par la mastectomie. En cas de reconstruction immédiate, la radiothérapie parfois pratiquée ensuite peut en modifier le résultat.

La reconstruction des aréoles et des mamelons

C’est une technique dédiée à certaines patientes qui trouvent une satisfaction quand elles retrouvent un volume au niveau des seins. On trouve d’autres qui tendent vers l’utilisation des prothèses externes adhésives, qui reproduisent à s’y méprendre la plaque aréolomamelonnaire. La technique est réalisée deux mois après la reconstruction du sein. Le tatouage est l’option la plus simple pour une aréole. Pour le mamelon, on recourt le plus souvent à une greffe d’une partie du mamelon de l’autre sein ou des petites lèvres.

Le lambeau de grand dorsal

C’est une technique appelée par un petit pourcentage des femmes qui veulent reconstruire les seins. L’objectif principal de cette technique est la reconstruction des seins à partir d’un fuseau de peau et de muscle prélevé dans la région du dos. Une prothèse interne ou un lipofilling de la poitrine peut compléter la reconstruction en cas de volume insuffisant.

La technique de lambeau est destinée aux celles qui présentent un excès graisseux sous la peau au niveau de l’abdomen pour reconstruire un sein. Le lambeau est prélevé sous l’ombilic, transféré au niveau du sein manquant et gardé vivant grâce à la reconnexion des vaisseaux avec ceux de l’aisselle et du thorax.